samedi 8 septembre 2007

Bolivie : ascension du Huayna Potosí [6088 mètres]

Huayna Potosí, à 6.088 mètres d´altitude

La Cordillera Real toute proche de La Paz est l´occasion rêvée pour faire un peu d´alpinisme, ou plutôt d´andinisme. C´était aussi un des objectifs du voyage pour Vincent et pour moi de gravir un de ces sommets assez hauts et réputés assez faciles. Tout au moins, notre guide de voyage (Lonely Planet) indique que l´ascension du Huayna Potosí est possible pour tout débutant en bonne forme avec un guide expérimenté et un bon équipement. Ceci dit, les 6.088 mètres ne s´annoncent pas faciles, et effectivement, ça a été très dur !

Une ascension en deux jours

Le dénivellé total est de 1500 mètres commençant au premier refuge à 4.700 mètres. Cependant, l´altitude rend la montée dangereuse et il est fortement conseillé de réaliser l´ascension en deux jours, pour permettre à l´organisme de s´habituer. Nous sommes donc partis avec une agence de La Paz et un bon nombre de touristes, d´Allemagne, d´Angleterre, de Nouvelle-Zélande, d´Australie et même du Liechtenstein (!) : 13 alpinistes en herbe au total.

Le premier jour on monte au deuxième refuge à 5.200 mètres et on essaie l´équipement sur le glacier : crampons à glace et piolets. On fait des paris sur qui arrivera en haut et qui n´y arrivera pas, et on mange de la soupe de quinoa (délicieux !) avant de se coucher à 19h. En effet, le réveil est prévu à 1h du matin pour profiter de la neige dure, car après le soleil ramollit la neige ce qui rend l´ascension moins facile.

L´ascension

A 2 heures du matin, pas réveillés et le souffle déjà court, on forme des groupes de cordée de trois personnes et on s´élance dans la nuit noire armés de nos piolets et lampes frontales. Les guides montent bien sûr très facilement et il faut insister pour prendre des pauses régulières, afin de récupérer notre souffle.

Le soleil se lève et le Huayna Potosí semble presque conquis, mais les dernières montées sont très abruptes et l´oxygène de plus en plus rare ce qui semble rendre le sommet désespérement hors de portée. On atteint finalement le sommet à 8 heures du matin, après 6 heures d´ascension. Le souffle court, on récupère de longues minutes en appréciant la vue panoramique impressionnante des montagnes et des lacs environnants. Le mal de l´altitude commence à se faire violemment sentir (gros mal de tête) et on redescend, un peu en mode automatique, un pied devant l´autre, pour atteindre le deuxième refuge vers 11h du matin.

Epilogue

Finalement, à notre surprise, tout le monde a réussi l´ascension, alors que ça nous a paru quand même très dur. On attend les autres groupes au refuge et on en profite pour se reposer, avant de redescendre sur les pierres avec nos chaussures de montagne jusqu´au premier refuge.

A partir de là c´est la décompression, le bus nous ramène à La Paz, il n´est que 3 heures de l´après midi mais on a l´impression que la journée a duré une semaine !


Le majestueux Huayna Potosí vu un peu avant le 1er refuge à 4700 mètres

Ascension du premier jour pour rejoindre le 2ème refuge à 5200 mètres

Somemt dans la mer de nuages.

Dans la soirée du 1er jour on essaie l´équipement sur le glacier : crampons, piolets ...

Lever à 1h du matin (!!!) pour profiter de la neige dure. La journée va être longue ...

Là on est dans le vif du sujet : encordés par groupes de 3 (1 guide par groupe), avec les lampes frontales dans la nuit noire ...

Passage technique où il faut monter à la force du piolet, et espérer que les copains tendent bien la corde à l´avant ...

Pensif devant le lever de soleil.

Putain de guide, on peut plus avancer, on a plus de poumons on te dit ! Allez, VAMOS !
Le soleil s´est levé sur un trio de randonneurs téméraires en route vers le sommet.


Mer de nuages sur un sommet proche.

On y est ! 6.088 mètres et une vue imprenable à 360 degrés !

Il a fallu 10 minutes pour qu´on ait la force de se lever et d´étendre les bras ...

Tout en blanc ...
Vue depuis le sommet vers le Nord et le lac Titicaca au fond.

Maintenant la descente, assez difficile et avec moins de lucidité.

Le penseur solitaire.

3 commentaires:

jmj5179 a dit…

bravo les champions !
ça se mérite l'apothéose

Tommy a dit…

mais qu'est ce que ca a ete dur ! Je vais etre positif aux tests a l'EPO a mon retour en france avec tous les globules rouges qu'on a fabrique en altitude !

Anonyme a dit…

ce que je cherchais, merci